Séisme Haïti : des nouvelles de Cité Soleil

Un courriel de Denis Puthiot depuis Port au Prince

Famille de Cité Soleil victime du séisme du 12 janvier 2010 en Haïti Hier, une forte secousse d’une dizaine de secondes a eu lieu au lever du jour, créant une panique dans la population. Il y a eu près de 60 secousses plus ou moins fortes depuis mardi dernier. Jusqu’à présent, environ 75.000 corps recensés ont été enterrés mais il y a sûrement beaucoup plus que 200.000 victimes. De très nombreux corps (la plupart) sont toujours sous les décombres. Il y a plus de 250.000 blessés. Près de la moitié des maisons de Port-au-Prince sont détruites ou très fortement endommagées. Avec une population de près de 3 millions d’habitants, Port-au-Prince avec sa proche banlieue, la plupart sont donc sans abri actuellement, dormant dans la rue, dans des places, terrains, en groupe, parfois de plusieurs milliers de personnes.

Les pertes sont énormes, presque tous les bâtiments publics, les écoles, universités, magasins sont détruits. De nombreux étudiants et professeurs, médecins sont morts. Cela crée une véritable psychose et affectera le mental de la plupart des personnes. L’exode urbain est très importante et cela va bientôt créer des difficultés en province avec cet afflux de population.
De tous côtés, les regroupements de gens dans tous les quartiers réclament de l’aide, eau, vivres, médicaments, beaucoup se plaignant de ne pas avoir encore vu aucune instance. A certains endroits, il y a toujours des cadavres dans les rues.
De nombreux appels font état de personnes toujours vivantes sous les décombres mais la plupart des recherches s’arrêtent.

A mon niveau, l’état de ma jambe m’empêche de me déplacer. Gilles arrive demain et pourra m’assister. La Cité Soleil et la Plaine donnent l’impression d’avoir un peu moins de dégâts que la ville, c’est surtout parce qu’il y a peu de maisons en béton. La population y est cependant très touchée, dort également dans la rue, avec tous les problèmes que cela comporte, eau, nourriture, vêtements, hygiène, … Il leur faut également des couvertures, tentes, prélats.
Il y a eu plusieurs morts et de nombreux blessés. De nombreuses maisons sont effondrées ou endommagées. Un recensement au niveau des écoles de la Cité Soleil et de La Plaine est en cours, cela n’est pas toujours facile car il faut passer dans toutes les maisons, beaucoup sont également partis en province. Ce recensement ne sera que partiel. Un autre décès d’une élève de 2e année de Fourgy a été confirmé.

L’intervention à court terme est donc une aide aux familles en eau, nourriture, vêtements, matériel de cuisine,…
A moyen terme, il faudra reconstruire les écoles, avec éventuellement une démolition du bâtiment du dispensaire. Nous ne savons pas encore quand une évaluation officielle pourra être faite. Il faudra également aider les familles sinistrées à rentrer dans leur maison, les équiper.

Nous avons le programme de micro crédit dont nous devons également faire une évaluation des bénéficiaires. Beaucoup d’entre eux auront perdu maison, commerce, eu des parents décédés ou blessés. Une évaluation sera donc faite le plus rapidement possible. Georges, l’animateur était avec moi lors du séisme, mardi, dans une réunion sur le micro crédit. Il a ensuite tenté de regagner sa maison à Carrefour. Je n’ai pas encore de ses nouvelles depuis mais les communications téléphoniques ne sont toujours pas bonnes du tout.

Au niveau scolaire, je ne sais pas la décision que prendra de l’Etat en ce sens mais je pense que nous pourrons toujours, après le mois de mars ou avril, assurer des cours et des activités avec les enfants dans la cour de Fourgy en attendant la reprise des activités scolaires.

Aujourd’hui est venu me voir Maître Moïse, professeur de Mathématiques à l’école et responsable des problèmes informatiques. Il se trouvait au 3e étage de son école Infotronique en ville. Il a été projeté à l’extérieur et s’est retrouvé inconscient. Il avait plusieurs blessures à la tête, des dents cassées et blessé sur le corps. Il a passé plusieurs jours à Saint-Domingue dans un hôpital et rentré aujourd’hui même. Son école est complètement effondrée avec de nombreux élèves sous les décombres. Il a eu beaucoup de chance.

Je ne serai pas plus long car j’ai trop de difficultés à écrire et à envoyer ces messages. Il me faudrait un autre ordinateur car travailler dans ces conditions c’est vraiment décourageant.

A bientôt donc,
Denis

Commentaires

1. Le 25 janvier 2010, 21:58 par Frédérique

bravo pour ce que vous faites dans toutes ces conditions plus difficiles que ce nous pouvons imaginé nous européens. sommes de tout coeur avec vous, dites nous et nous vous suivrons dans vos demandes.
bon courage à tous, ne lâchez pas, Dieu vous le rendra et est à, vos côtês même dans le doute, comptez sur LUI, Il ne peut qu'attendre votre détresse

2. Le 26 janvier 2010, 14:54 par Christine

Depuis longtemps je pensais parrainer un ou des enfants, je n' ai jamais franchi le pas, aujourd'hui je crois que le ciel me fait signe; j'ai trois enfants, qui ont la chance vivre en France, bien a l'abri,quand je découvre ce que vivent les Haitiens, j' ai honte . Je vais dès aujourdh'ui me renseigner sur vos différents parrainages, et agir.
Bon courage

3. Le 30 janvier 2010, 11:09 par kanak

Dieu ! qu'as-tu fais là ? ils n'avaient rien et tu as tout pris , qu'est ce qui t'a pris pour t'acharner sur Haiti ?
ont ils commis tant de péchés pour que tu viennes tout balayer ? n'as-tu pas peur après celà que certains ne croient plus en toi ?