Rwanda : Aide aux orphelins du sida, rapport d'activité

en savoir plus sur le parrainage d'enfants au Rwanda

Jeune mère et son bébé au Rwanda
Suivi psycho-social
Durant ce premier semestre, les animateurs ont rencontré à plusieurs reprises le problème majeur de certaines adolescentes membres de fratrie, voire même chef de ménage, qui ont subi une grossesse indésirable. Ceci est dû au fait que ces enfants sont sans fondements éducatifs et que, en dehors des séances de sensibilisation lors des rassemblements du Point d’Ecoute, elles n’ont jamais bénéficié d’informations dans le domaine sexuel par manque d’ambiance familiale.
C’est ainsi que douze cas d’accouchement et deux cas de grossesse ont été identifiés. Un dilemme s’est vite posé. Aider ces jeunes filles et leurs bébés, n’était-ce pas banaliser la situation et encourager leurs camarades dans la même voie ?

Cependant, les expériences que ces enfants doivent affronter seules, dans la mesure de leurs possibilités sensorielles, intellectuelles et affectives, comportent des risques importants. Il n’est donc pas paru envisageable de les abandonner à leur triste sort et elles ont toutes été épaulées par leurs animateurs durant toute la période pré et post-natale.
Le Point d’Ecoute va redoubler les efforts pour augmenter les campagnes de sensibilisation sur la santé de la reproduction en faveur des fratries d’Orphelins du Sida, et plus particulièrement dans les zones de Nyamyumba et Cyanzarwe où la situation est trop accentuée.
Rassemblements des enfants
Dans le souci de permettre aux fratries de rompre leur solitude et d’organiser des séances de sensibilisation, de formation et d‘éducation en leur faveur, les animateurs ont multiplié les rassemblements durant le semestre. leur comportement en conséquence. A noter que ce dépistage n’est pratiqué jusqu’à présent que pour les enfants maladifs. Rassemblement des orphelins du sida

En effet, les rassemblements sont une opportunité de favoriser la communication entre les fratries, pour apprendre à s’adapter aux autres, découvrir le comportement de leurs camarades, se divertir agréablement par des jeux et rire pour oublier les soucis en se racontant des histoires amusantes… Les fratries ont l’occasion de livrer des matchs de football inter-fratries, participer à des danses folkloriques et modernes et bien d’autres jeux collectifs.

Au cours de ces rassemblements, les animateurs profitent de longues causeries pour faire passer les messages sur la santé, l’hygiène, le VIH/SIDA etc. Comme ils avaient constaté un grand relâchement de la part des orphelines, d’autant qu’il y a eu un nombre élevé de grossesses, ils ont axé les conversations sur la santé reproductive, les grossesses à haut risque, la prostitution, sans perdre de vue les maladies sexuellement transmissibles et le sida. leur comportement en conséquence. A noter que ce dépistage n’est pratiqué jusqu’à présent que pour les enfants maladifs.
Les fratries ont été unanimes pour la lutte contre la prostitution et toutes les mauvaises habitudes responsables de tous les maux. Elles ont accepté de faire le dépistage volontaire du VIH/SIDA pour connaître leur statut sérologique et changer leur comportement en conséquence. A noter que ce dépistage n’est pratiqué jusqu’à présent que pour les enfants maladifs.

Tous les orphelins encadrés par le PE ont reçu une information sur les violences sexuelles faites aux enfants, un sujet d’actualité, mais aussi la préoccupation de l’Etat du Rwanda et de plusieurs ONG. Les fratries candidates potentielles de ces mauvaises pratiques ont été sensibilisées sur les moyens d’éviter les pièges qui peuvent être tendu par les malfaiteurs profitant de leur vulnérabilité.
Aide alimentaire
Aide alimentaire aux orphelins du sida Le Point d’Ecoute a toujours été préoccupé par la sécurité alimentaire des fratries. Rappelons une fois encore que tous les orphelins du VIH/SIDA sont des candidats potentiels à la famine parce que leurs parents sont morts après avoir vendu tous les biens. Certains ménages arrivent par leur travail à améliorer leur alimentation, mais leurs revenus sont vraiment trop médiocres pour tenir le coup sans aide extérieure.

C’est pourquoi le Point d’Ecoute assure la prise en charge nutritionnelle des fratries orphelines avec une grande distribution alimentaire tous les 2 mois, dans le but d’éviter les maladies de carence et d’améliorer l’état de santé des enfants infectés. Ceci est d’autant plus important que leur alimentation est monotone et très mal équilibrée.
Ayant constaté une flambée des prix de presque tous les articles sur le marché national, le Point d’Ecoute s’est décidé à renouveler également les couvertures des fratries et autres matériels domestiques ainsi que ceux d’hygiène indispensables.
Scolarisation
Au total, 212 enfants orphelins du sida sont scolarisés par le Point d’Ecoute à l’école primaire, ils sont répartis de la manière suivante :

Zone Nbre
Elèves
Garçons Filles Elèves
6° Année
Garçons Filles
Nyamyumba 93 42 51 10 4 6
Kanama 46 25 21 4 2 2
Cyanzarwe 51 27 24 4 3 1
Gisenyi 22 10 12 3 1 2
TOTAL 212 104 108 21 10 11


Scolarisation des orphelins du sida Pour appuyer la scolarisation de ces enfants, les animateurs les visitent de manière régulière, tant à l’école que dans leur famille, et il y a eu des échanges permanents avec les enseignants titulaires des classes pour le suivi de l’application et des résultats de chaque enfant.
Au cours des deux premiers trimestres 2008, très peu d’irrégularités dans la fréquentation scolaire ont été enregistrées et il y a lieu de noter une nette diminution du taux d’abandon.

Le Point d’Ecoute scolarise également 41 collégiens orphelins, dont les résultats donnent entière satisfaction. Dénommés Aînés du programme, ces élèves sont tous internes et reçoivent, au début de chaque trimestre, le matériel scolaire et d’hygiène nécessaire.

A vous tous qui soutenez notre action, merci très sincèrement au nom de ces Enfants.

Aloys Kaberuka
Coordonnateur du Point d'Ecoute
Juillet 2008

Pour soutenir notre action, vous pouvez vous aussi parrainer un orphelin du sida au Rwanda.

Commentaires

1. Le 29 septembre 2008, 19:36 par mamie62

Je suis venue par hasard sur votre site et j'ai beaucoup apprécié vos actions pour les orphelins du sida. Je suis de votre avis, il est impensable de laisser ces jeunes filles mères sans aides. Ces jeunes n'ont plus de références, ils ne sont pas fautifs. Je connais les ravages de cette maladie êtant moi même bénévole dans une association contre le sida.
Je m'inscris pour un parrainage dans cette action pour apporter une aide et un peu de bonheur à ces enfants.

2. Le 3 décembre 2008, 21:25 par frédéric34

Du même avis que mamie62 , ces jeunes filles mères méritent d'être prises en charge par l'association , il leur sera sans doute très difficile de fonder une vraie famille avec un époux et elles ne devront pour la plupart sans doute compter que sur elles-mêmes pour élever leur enfant . Quand on est une adolescente , sans famille , sans toit , sans formation professionnelle , peut-être avec des problèmes de santé , c'est mission impossible .
Il serait peut-être souhaitable d'envisager un parrainage pour chacune d'elle , au moins jusqu'à l'âge adulte , tout en redoublant la sensibilisation auprès des orphelins pour ne pas encourager ces situations dramatiques .
Je suis déjà parrain d'une orpheline du sida et si je peux faire quelque chose pour l'une de ces filles-mères , que Sos enfants n'hésite pas à me contacter .